perdition


perdition

perdition [ pɛrdisjɔ̃ ] n. f.
perdiciun 1080; lat. ecclés. perditio
1Théol. Éloignement de l'Église et des voies du salut; ruine de l'âme par le péché. État de perdition. Loc. cour. Lieu de perdition : lieu de plaisir, de débauche. « ce théâtre, un abîme de perditions » (Aragon).
2(XIIIe) Vx État de ce qui se perd, se dissipe. dissipation, perte.
(1787) Mod. Navire en perdition, en danger de faire naufrage. ⇒ danger, détresse. Fig. Une entreprise en perdition, qui va à la ruine, court à sa perte.
⊗ CONTR. Salut.

perdition nom féminin (bas latin perditio) En perdition, exposé à périr, à faire naufrage, à être ruiné, anéanti. Lieu de perdition, lieu de débauche. ● perdition (expressions) nom féminin (bas latin perditio) En perdition, exposé à périr, à faire naufrage, à être ruiné, anéanti. Lieu de perdition, lieu de débauche.

perdition
n. f.
d1./d THEOL état d'une personne qui s'éloigne de l'église ou du salut, qui vit dans le péché.
|| Vieilli ou iron. Lieu de perdition, de débauche.
d2./d Navire en perdition, en danger d'être perdu, de faire naufrage.
Par anal. Avion en perdition.

⇒PERDITION, subst. fém.
A.— Ruine, destruction totale. Synon. perte. C'était comme une eau d'hommes, de femmes et d'enfants mélangés, et ça dansait jusqu'à la perdition des forces (GIONO, Solit. pitié, 1932, p. 52) :
1. ... Se-Ma-Tsien, philosophe chinois, qui codifia la musique, raconte qu'un prince voulut à tout prix se faire chanter un chant de perdition dont le caractère destructeur était tel qu'on ne pouvait impunément l'écouter.
Art et litt., 1935, p. 88-2.
En perdition. Qui va à sa perte, qui va à la ruine. Entreprise, négoce en perdition. Dès lors, on peut dire que le ménage a été en perdition (...) Le double adultère était nécessairement au bout (ZOLA, Fécondité, 1899, p. 410). Mais un critique soucieux de ses responsabilités dans ce monde en perdition est tenu de rappeler qu'il y a des ordres, et que l'univers de Partage de midi transcende incomparablement celui d'Antigone et des Mains sales (G. MARCEL, Heure théâtr., 1959, p. 104).
MAR. [En parlant d'un navire] Qui court les plus grands risques de faire naufrage. Synon. en danger, en détresse. Il passait quelquefois ainsi toute sa journée dans le risque, dans la vague, dans la grêle, dans le vent, accostant les navires en perdition, sauvant les hommes, sauvant les chargements, cherchant dispute à la tempête (HUGO, Travaill. mer, 1866, p. 83).
B.— RELIG. Situation d'un être qui, par le péché, s'est éloigné des voies du salut. Royaume de perdition. Et dans l'univers immense, dans la splendeur infinie des mondes, quelle œuvre, ô mon Dieu! parmi toutes tes œuvres, pourrait égaler celle qui fait passer une âme des ténèbres à la lumière, du péché à la sainteté et de la perdition au salut? (MONOD, Sermons, 1911, p. 215). Ils se sont élevés par orgueil contre le créateur, ont été précipités haut du ciel et condamnés. Leur perdition est irréparable (Théol. cath. t. 4, 1 1920, p. 383) :
2. Il fait son jeu dans le jeu de Dieu, dans le jeu même de Dieu. Et tout ce que Dieu nous a donné pour nous aider à faire notre salut, Jésus même et les mérites, Jésus et les promesses, il l'emploie pour nous perdre, il le fait servir à nous perdre, il le fait servir à notre perdition éternelle.
PÉGUY, Myst. charité, 1910, p. 150.
Expr. Avoir des yeux à la perdition de l'âme. Avoir des yeux extrêmement beaux. Sainte Vierge, mademoiselle, vous avez les yeux à la perdition de votre âme! Ne regardez donc pas le monde comme ça (BALZAC, E. Grandet, 1834, p. 185).
P. anal. À la vérité presque aucun n'ose affronter, les yeux ouverts, le grand jour de l'amour en quoi se confondent, pour la suprême édification de l'homme, les obsédantes idées de salut et de perdition de l'esprit (BRETON, Manif. Surréal., 2e Manif., 1930, p. 172).
P. ext. État d'immoralité et de corruption. Et des sourires par-là, des dents blanches et mouillées sous le retroussis rouge des lèvres, des frôlements en sourdine, avec ces yeux toujours brûlants, à la sûre perdition de cette âme de femelle (GENEVOIX, Raboliot, 1925, p. 33). Pour elle, elle n'aurait qu'une idée : retirer de la perdition celui qui était son mari, épousé devant Dieu (POURRAT, Gaspard, 1925, p. 82) :
3. Je donne et lègue, comme héritier de Mademoiselle Esther Gobseck, une somme de sept cent soixante mille francs aux hospices de Paris pour fonder un asile spécialement consacré aux filles publiques qui voudront quitter leur carrière de vice et de perdition.
BALZAC, Splend. et mis., 1846, p. 471.
Lieu de perdition. Lieu de débauche. La ville était un lieu de perdition pour l'homme sensible (FAURE, Hist. art, 1921, p. 191).
Prononc. et Orth. :[]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1100 perdiciun « fin lamentable » (Roland, éd. J. Bédier, 3969); 1787 vaisseau en perdition (B. DE ST-PIERRE, Paul et Virginie ds Romanciers du XVIIIe s., éd. M. du Cheyron, t. II, p. 1305); 2. 1re moitié XIIe s. « état d'une personne éloignée de Dieu et qui perd son âme par le péché » (Psautier Oxford, 106, 20 ds T.-L.). Empr. au b. lat. perditio « perte, gaspillage » en lat. chrét. au sens 2; perditio est formé sur le supin perditum de perdere (v. perdre). Fréq. abs. littér. : 207. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 239, b) 206; XXe s. : a) 431, b) 306.

perdition [pɛʀdisjɔ̃] n. f.
ÉTYM. Déb. XIIIe; perdicium, 1080; lat. ecclés. perditio, même sens; bas lat. perditio, -onis « perte, ruine ».
1 (V. 1120). Relig. Éloignement de l'Église et des voies du salut; ruine de l'âme par le péché (→ Dieu, cit. 27). || État de perdition. || Chemin d'enfer et de perdition, qui mène à la perdition (→ Enfiler, cit. 4; étroit, cit. 5). || Le fils de perdition, Judas. || L'enfant de perdition, l'Antéchrist, et, par ext., pécheur endurci.
1 Ces filles, étonnées de ce qu'on dit, qu'elles sont dans la voie de perdition; que leurs confesseurs les mènent à Genève; qu'ils leur inspirent que Jésus-Christ n'est point en l'Eucharistie, ni en la droite du Père; elles savent que tout cela est faux, elles s'offrent donc à Dieu en cet état : Vide si via iniquitatis in me est.
Pascal, Pensées, XIII, 841.
(1694). Cour. Lieu (endroit, etc.) de perdition : lieu de débauche, de plaisir.
2 (…) ce théâtre, un abîme de perditions où grimacent des femmes peintes (…)
Aragon, les Beaux Quartiers, II, XI.
2 Vx. État de ce qui se perd, se dissipe. Dissipation, perte.En perdition. || Tout son bien s'en va en perdition (Littré, Académie).
(1787). Cour. || Navire en perdition, dans une position telle qu'il se trouve en danger de faire naufrage. Danger, détresse. || Canots de sauvetage, remorqueurs au secours d'un vaisseau en perdition.
3 Un écueil (…) C'était ainsi que toujours apparaissaient les navires en perdition, devant un écran blême de lames qui montaient jusqu'à hauteur des mâts. Ils n'avaient plus ni avant, ni arrière à opposer aux chocs et tous donnaient de la bande, car leur cargaison roulait du côté où le vent et la mer les poussaient.
Roger Vercel, Remorques, IV.
Fig. || Une entreprise, une économie en perdition.
CONTR. Salut.
COMP. Déperdition.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • perdition — Perdition. s. f. Dégast, dissipation. En ce sens il n a guere d usage qu en parlant du mauvais employ qu on fait de son bien. Ainsi on dit, Tout son bien s en va en perdition. Il s employe plus ordinairement pour signifier l estat d un homme, ou… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Perdition — Per*di tion, n. [F., fr. L. perditio, fr. perdere, perditum, to ruin, to lose; per (cf. Skr. par[=a] away) + dere (only in comp.) to put; akin to Gr. ?, E. do. See {Do}.] 1. Entire loss; utter destruction; ruin; esp., the utter loss of the soul,… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • perdition — Perdition, Amissio, Perditio, Disperditio. Mener à perdition, Adducere ad nequitiam. Si tout devoit aller à perdition et confusion, Omnia permisceri mallent, B …   Thresor de la langue françoyse

  • Perdition — (v. lat.), das Verderben …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Perdition — (lat.), Verderben, ewige Verdammnis …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Perdition — Perditiōn (lat.), Verderben, ewige Verdammnis …   Kleines Konversations-Lexikon

  • perdition — index adversity, destruction, miscarriage, subversion Burton s Legal Thesaurus. William C. Burton. 2006 …   Law dictionary

  • perdition — (n.) mid 14c., fact of being lost or destroyed, from O.Fr. perdiciun (11c.), from L.L. perditionem (nom. perditio) ruin, destruction, from L. perditus, pp. of perdere do away with, destroy, lose, throw away, from per through (here perhaps with… …   Etymology dictionary

  • perdition — [n] hell Abaddon*, abyss, affliction, bottomless pit*, condemnation, damnation, everlasting fire*, fire and brimstone*, Gehenna*, Hades, infernal regions, inferno, loss of the soul, lower world, nether world, pit, place of torment, punishment,… …   New thesaurus

  • perdition — ► NOUN ▪ (in Christian theology) a state of eternal damnation into which a sinful person who has not repented passes after death. ORIGIN Latin, from perdere destroy …   English terms dictionary


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.